Techniques

Que choisir?

Dans les bases techniques de la poêlerie, il faut retenir 3 points primordiaux:

1. Choix du combustible que l'on veut employer;
2. Le volume à chauffer (toutes pièces attenantes considérées) que l'on veut employer;
3. L'état, section et hauteur du conduit que l'on veut employer;

Ces trois points vont déterminer le choix de votre futur appareil.

1) Combustible à énergie renouvelable:

Bois: Le bois est une énergie propre dans le sens ou il rejette le CO2 absorbé pendant sa croissance, lors de sa combustion. Il est un fait qu'il a augmenté fortement les dernières années, mais n'a QUE doublé en trente ans. Il faut faire appel à un commerce de proximité pour conserver les qualités écologiques de ce combustible. Les inconvénients sont l'achat à l'avance de celui-ci pour être sûr de sa qualité de séchage, afin d'optimiser la combustion, sans oublier le travail qu'il occasionne lors de son achat (rangement, mise à l'abri des intempéries). Les essences sont : le hêtre, chêne, charme, frêne, bouleau, etc. Le séchage du bois variant de 2 à 4 ans (chêne) pour qu'il soit utilisable à son plus haut rendu calorifique.

Pellets: Petit dernier dans les combustibles mais qui a conquis bon nombre d'entre nous, par son côté écologique et surtout par sa facilité d'emploi au quotidien, en combinant la propreté, facilité de stockage, approvisionnement aisé, secondé par la technologie(programmation) et le rendement(90%) ,qui s'adapte parfaitement aux horaires de travail d'une grande partie du peuple Belge. On sait chauffer actuellement une maison bien isolée même sans chauffage central. Sa production actuelle étant assurée par plusieurs fabricants dans nos frontières, pas de soucis donc de « tomber à cour ». L'herbe à éléphant (miscanthus giganteus), est envisagée en culture pour la production de pellets (coût écologique à calculer).

1 bis) Combustible à énergie fossile (épuisable):

Mazout: énergie propre dans sa combustion mais dont on devra se passer à terme, nous retrouvons ce combustible au niveau de notre chauffage central et en poêle mazout pour chauffe de pièce unitaire.

Gaz: très pur au niveau combustion, très propre, entretien fait uniquement par technicien agréé, utilisé beaucoup en ville et en chauffage pièce par pièce (convecteurs). De magnifiques inserts sont créés à l'heure actuelle, au design très pur.

Charbon: Utilisé en chauffage unitaire, et abandonné peu à peu pour des combustibles plus propres à tout niveau.

2) Volume à chauffer:

Se calcule en fonction de ou des pièces à chauffer, toutes pièces attenantes confondues (surface x hauteurs).

1. Maison non isolée: volume : 10 = kws de l'appareil (Pas d'isolation et de double vitrage).
2. Ancienne rénovée: volume : 15 = kws de l'appareil (Isolation + double vitrage).
3. Nouvelle traditionnelle: volume : 20 = kws de l'appareil (Bien isolée).
4. Maison passive: volume : 20(25) = kws de l'appareil (Isolation supérieure), ces maisons doivent faire objet d'une attention particulière sur un appareil avec raccord OBLIGATOIRE à l'air extérieur (combustion), double flux, et autre technologie qui équipent ces maisons.

3) Etat du conduit (cheminée):

Le conduit doit en général dépasser le faîte du toit (dessus) de 50 cms excepté les appareils aux pellets qui peuvent se contenter d'un conduit de 2,5mcts (ancienne cheminée fonctionne aussi), il doit-être le plus rectiligne possible et dans la même section que l'appareil placé (à respecté au maximum des possibilités).

Trois genres de conduit se distinguent dans l'évolution des constructions:

1. Ancien conduit (brique, pierre): soit la brique est à nu ou il est cimenté jusque ± 1980.
2. Conduit boisseau brique: deux sortes de boisseau, le réfractaire (couleur jaune-crème) et le boisseau terre-cuite (rouge), ce conduit ayant été amélioré par une adjonction d'isolant à la place du vide existant entre le boisseau et la brique.
3. Conduit inox: deux sortes de conduit à distinguer, le conduit Double Paroi Isolé(DPI), simple à posé et pas de temps d'attente pour la mise en route de l'appareil, le tubage inox, qui sert à remettre en état un conduit existant présentant des fuites ou étant de trop grosse section par rapport à l'appareil placé (on amène la cheminée dans le même diamètre que le poêle ou insert). Il est important à souligné que quelque soit le conduit, il doit présenter une couverture pour la pluie (à 20cms du dessus du bord de cheminée), sont à bannir toute extension ancienne (tuyau éternit) et galvanisé qui ne sont PAS DU TOUT ISOLE et qui dès lors sont plus UN FREIN AU TIRAGE qu'une aide.